Bienvenue au RABQ

La force d’un réseau

Le RABQ est l’interlocuteur privilégié du gouvernement en matière d’action bénévole au Québec. Crée en 2003, suite à l’Année internationale des bénévoles, il regroupe actuellement 21 regroupements provinciaux représentant les principaux secteurs de l’action bénévole au Québec.

Le saviez-vous?

Le loisir représente le secteur où il y a le plus de bénévoles!

Chaque jour, et ce depuis de nombreuses années, dans le milieu du loisir, des hommes, des femmes, des personnes âgées, des jeunes, des personnes...
Suite »

Le loisir représente le secteur où il y a le plus de bénévoles!

Chaque jour, et ce depuis de nombreuses années, dans le milieu du loisir, des hommes, des femmes, des personnes âgées, des jeunes, des personnes handicapées, des travailleurs, des chômeurs consacrent du temps et des ressources à animer leurs milieux de vie local, régional ou national; à créer et à maintenir des lieux d’apprentissage, de solidarité, d’échanges et de mieux-être. Ils dédient leur temps libre au temps libre des autres; créent des emplois, font de la prévention, partagent leurs valeurs et agissent comme créateurs de qualité de vie. Ils rappellent le bonheur de vivre, de grandir, de partager, de s’épanouir par la coopération, le respect de soi et des autres à travers le loisir.

La force motrice des activités du loisir associatif au Québec est le bénévole. Pour 500 000 bénévoles œuvrant au sein des organismes, le loisir ne représente pas un concept abstrait ou un simple geste de consommation, mais plutôt une passion, un intérêt pour une ou plusieurs disciplines ou des groupes de notre société. Le loisir est prétexte à la création d’un lieu d’appartenance, la réponse au besoin d’échanges et d’engagement social.

Le réseau fédéré du loisir c’est 4000 associations issues des fédérations nationales de loisir membres du Conseil québécois du loisir. Ces organismes interviennent dans les secteurs suivant :

  • loisir culturel : chorale, danse, théâtre, improvisation, cinéma, arts visuels, philatélie, échecs et autres jeux récréatifs, etc.
  • loisir de plein air : marche, raquette, équitation, spéléologie, escalade de roche ou de glace, canot, kayak, vélo, etc.
  • loisir socio-éducatif : scouts, âge d’or, centres communautaires de loisir, loisirs pour les personnes handicapées, etc.
  • loisir scientifique : astronomie, sciences naturelles et environnementales, histoire et généalogie, expo-science et jeunes débrouillards, etc.
  • loisir touristique : agrotourisme, auberge de jeunesses, campings, etc.

Ils inscrivent également leurs interventions des domaines tels que l’action communautaire autonome, l’éducation, l’économie sociale, l’emploi, l’environnement et autres. Ce réseau regroupe 1 035 000 membres individuels et utilisateurs réguliers et rejoint par ses activités, quelques 5 millions de citoyens.

Il y a diverses motivations qui incitent le bénévole à donner son temps libre pour le loisir des autres! Plusieurs vont s’investir en loisir parce qu’ils veulent transmettre leur passion et assurer la pérennité de leur activité. De son côté, le milieu offre aux bénévoles une multitude d’opportunités de formation, entre autres.

Le bénévolat en loisir est vaste et regroupe des cœurs vaillants qui veillent à améliorer la qualité de vie de leurs concitoyens. Soutenus par leurs associations respectives, les bénévoles en loisir forment, entraînent, dirigent. Ils cherchent, analysent, publient. Ils planifient, concertent, organisent. Ils nettoient, accompagnent, soignent, divertissent, décorent, surveillent, archivent. Ils siègent sur des conseils d’administration, des comités consultatifs, ils participent à des campagnes de mobilisation, à des réunions, des congrès, des sommets. Et ils ont tous en commun la passion et le plaisir de partager!

Quelques chiffres: 

  •  « L'ENDBP 2000 (Enquête nationale sur le don, le bénévolat et la participation) dénombre un total de 1 135 000 bénévoles québécois, dont 23 % s'activent à l'intérieur du secteur dit « loisir » qui comprend sport, plein air, art et culture. Ces bénévoles donnent en moyenne 159 heures annuellement.
  •  En recoupant ces chiffres avec ceux des études québécoises et les données de la présente enquête, on peut estimer à 500 000 le nombre de bénévoles en loisir et à 80 millions le nombre d'heures qui ont été consacrées en l'an 2001.
  • Au taux horaire du salaire minimum le bénévolat en loisir représente 560 millions de dollars, 1 061 milliard de dollars si on le calcule plus réalistement au salaire moyen et le temps consacré lui représente 44 000 postes temps plein ». 

Choisir d’être membre d’un organisme, c’est très bien, mais y être bénévole, c’est aussi:

  • Être acteur de son réseau social et de son loisir;
  • Acquérir des connaissances et vivre des expériences palpitantes;
  • Contribuer à préserver, aménager et entretenir vos milieux de pratique;
  • Participer à la valorisation de notre patrimoine naturel;
  • Joindre un mouvement citoyen pour un Québec dynamique et en santé!

 

Collaboration pour les textes: Joelle Boulet, Conseil québécois du loisir.

Quoi de neuf au RABQ?

Forum du RABQ le 27 octobre à la Maison du développement durable

Lundi le 27 octobre dernier, le RABQ tenait un forum réunissant ses membres et...
Suite »

Le RABQ tient à souligner la Journée Internationale Nelson Mandela

Le 18 juillet,  à l’occasion de la Journée Nelson Mandela, le Réseau de l’action...
Suite »

Organisme en vedette

Les Petits Frères

Connaissez-vous les Petits frères? Grâce à l’action de près de 1 300 bénévoles et aux généreux donateurs, Les Petits Frères offrent...
Suite »

Les Petits Frères

Connaissez-vous les Petits frères?

Grâce à l’action de près de 1 300 bénévoles et aux généreux donateurs, Les Petits Frères offrent douceur et joie de vivre aux personnes âgées seules, surnommées affectueusement et avec respect,  « nos Vieux Amis ». De la simple visite jusqu’à l’accompagnement lors des derniers moments, votre soutien est essentiel à la création d’un esprit de famille auprès des aînés qui en ont le plus besoin.
L’organisme Les Petits Frères des Pauvres a vu le jour en France en 1946 et est présent au Québec depuis 1962. Précurseurs de l’action sociale auprès des aînés dans une société soucieuse de ses jeunes, Les Petits Frères ont souvent étonné par leurs actions visant à rendre la dignité et la joie de vivre à des personnes aînées oubliées de tous.


En tant que bénévole, vous pouvez, selon vos désirs et disponibilités :

  • Rencontrer une personne aînée et tisser une relation durable avec elle;
  • Visiter des personnes seules et/ou malades et leur apporter réconfort ponctuel;
  • Accompagner des aînés lors de fêtes et sorties spéciales;
  • Accueillir les personnes lors des réceptions dans les maisons des Petits Frères;
  • Animer des activités thématiques (chant, jardinage, artisanat, etc.);
  • Aller en séjour de vacances avec les Vieux Amis;
  • Participer à l’organisation des fêtes de Noël, Pâques ou autres occasions spéciales;
  • Donner un coup de main à la cuisine ou pour des tâches administratives;
  • Trier des vêtements et des marchandises à la Boutique Les Petits Frères (Montréal seulement).

Les bénévoles Petits Frères reçoivent tous une formation de base et ont accès à des formations continues pour les appuyer dans leur bénévolat. Un programme de reconnaissance met aussi en valeurs les contributions des bénévoles.

Vous désirez plus d’information sur les possibilités de bénévolat?
Appelez le 1 866 627-8653

Les membres du RABQ

La grande force du RABQ repose sur l’expertise de ses membres. Ils participent activement aux actions du RABQ pour promouvoir l’action bénévole au Québec.

En apprendre plus » Devenir membre »

Actualité en action bénévole

Le bénévolat appuyé par l’employeur : Qui en profite vraiment?

Le bénévolat appuyé par l’employeur : Qui en profite vraiment? L’Institut canadien pour l’engagement des entreprises et des collectivités publie sa première ressource sur le bénévolat appuyé par l’employeur Qu’entend-on par bénévolat appuyé par l’employeur (BAE)? En quoi les secteurs privé et sans but...
Suite »

Le bénévolat appuyé par l’employeur : Qui en profite vraiment?

Le bénévolat appuyé par l’employeur : Qui en profite vraiment?

L’Institut canadien pour l’engagement des entreprises et des collectivités publie sa première ressource sur le bénévolat appuyé par l’employeur

Qu’entend-on par bénévolat appuyé par l’employeur (BAE)? En quoi les secteurs privé et sans but lucratif peuvent-ils à établir des partenariats mutuellement profitables? Quels effets ces partenariats ont-ils sur les collectivités?

Ce n’est là qu’un aperçu des questions et tendances abordées dans la première ressource produite par l’Institut canadien pour l’engagement des entreprises et des collectivités intitulée Le bénévolat appuyé par l’employeur : Pratiques prometteuses et engagement communautaire.

Le BAE a évolué au fil du temps. Dorénavant, il ne s’agit plus d’un cas d’exception, mais bien d’une pratique courante populaire auprès des employeurs. La sensibilisation croissante à l’importance de liens réciproques entre les milieux de travail et les organismes sans but lucratif a attisé les efforts en vue d’élargir et d’approfondir les partenariats  entre les employeurs, les employés et les collectivités. Il va de soi qu’il n’est pas toujours facile de concilier les objectifs des entreprises et les besoins communautaires. C’est là qu’entre en jeu l’Institut canadien pour l’engagement des entreprises et des collectivités.

Les Canadiens sont plus intéressés que jamais à s’engager et à faire une différence dans leur milieu. De leur côté, les entreprises sont davantage conscientes des bienfaits du bénévolat d’employé et de l’importance de les encourager. Il n’est certes pas facile de trouver des occasions de bénévolat qui profitent à la fois aux organismes, aux collectivités, aux employeurs et aux employés. L’Institut est une plateforme utile pour mettre en commun des pratiques exemplaires et lancer des recherches dans le but de mieux relever ces défis.

Pour lire le rapport complet

Pour plus d'informations : Lainie Towell, ltowell@benevoles.ca / 613-231-4371 poste 227

Le Coffre à outils

Tous ce que vous avez toujours voulu savoir sur : Le code d’éthique

Pourquoi un code d’éthique? C’est une question légitime à se poser. Nous pouvons répondre en mentionnant trois dimensions que nous retrouvons dans beaucoup d’organismes communautaires. La première dimension est reliée aux problèmes de plus en plus complexes auxquels nous devons faire face. Les attentes et les besoins sont grandissants mais nos ressources matérielles, humaines et financières ne suivent pas la demande.

Comment concilier tout ça avec notre mission et nos objectifs? La deuxième dimension est reliée au respect que nous devons aux personnes qui viennent dans nos organismes. Comment les respecter en accord avec notre mission et nos objectifs?

Enfin, la dernière dimension tient au respect de la confidentialité. Comment la vivre? Quoi faire et comment faire pour établir des attitudes et des comportements adéquats? L’essentiel, c’est que votre organisme s’approprie ce projet de code d’éthique, afin qu’il devienne pour vous un code personnalisé. Voici les différents outils  contenus à l’intérieur  du Coffre à outils du RABQ qui vous seront utiles en ce qui a trait au code d’éthique.

Offres récentes
en bénévolat

?

Foire aux questions

Les réponses aux questions fréquemment posées :

» Pour les bénévoles » Pour les organismes

Quiz bénévole

Le quiz bénévole aide les gens à déterminer à quel type de bénévole ils correspondent.
Pour en savoir plus »