Dave Ferguson : Bénévole de génération en génération

Dave Ferguson

Crédit photo : Jean-François Gravel
Article : Patricia Gougeon (RABQ)

Il y a quatre ans, Dave Ferguson a fondé le Club de boxe de la Péninsule à Gaspé. Le tout bénévolement, préférant conserver les profits pour permettre aux jeunes de faire des compétitions sans devoir débourser le moindre sou. Son projet a donc retenu l’attention des Prix Hommage Bénévolat-Québec qui lui a décerné le prix Claude-Masson pour les jeunes bénévoles dans la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. Le jeune homme de 27 ans s’est confié au Réseau de l’Action bénévole du Québec (RABQ).

Le bénévolat fait partie de l’ADN de Dave Ferguson, ses parents sont pompiers volontaires et c’est une tradition dans la famille. Lui-même est pompier volontaire à Gaspé. Mais c’est avec la boxe qu’il a retrouvé la forme et qu’il a ensuite voulu fonder le club de boxe. « Je pesais près de 430 livres et j’en ai perdu plus de 200 avec la boxe. Je voulais continuer à garder la forme, mais aussi redonner aux autres, me servir du sport qui m’avait sauvé pour partager mon expérience et il y avait une demande. » Rapidement, les gens se sont inscrits au club et 4 ans plus tard, on y compte annuellement 110 membres.

Le Club de la Péninsule qu’il a fondé avec des amis, il voulait le faire bénévolement pour que l’argent puisse servir à payer non seulement l’équipement, mais aussi les frais de déplacements, de nourriture et de logement lorsque les jeunes participent à des compétitions. « Je voulais leur faire vivre une expérience, pas faire de l’argent. Je me suis toujours dis que si je pouvais aider même juste une personne c’était déjà un accomplissement, mais là je ne peux même pas compter les personnes qui m’ont dit que je les avais aidées. Certaines personnes sont là depuis les débuts du club. Certains jeunes ont probablement évité le mauvais chemin même. On les voit, ils veulent se dépasser, donc ils se prennent en main. C’est ce qui me motive à continuer, j’en suis fier », mentionne Dave.

Le plus difficile, c’est de trouver le financement, surtout en région où les sources sont moins grandes. De plus, les gens sont très sollicités. « C’est vraiment notre plus grande difficulté. Mais heureusement, à Gaspé c’est une communauté qui est tissée serrée. C’est ancré dans chaque personne l’importance d’aider son prochain. »

Pour les personnes qui hésiteraient à faire du bénévolat, comme Dave Ferguson le dit si bien, « personne n’est devenu pauvre en donnant de son temps. Je ne serais même pas l’ombre de la personne que je suis aujourd’hui sans le bénévolat. C’est une richesse sociale, une fierté qu’on ne peut pas retrouver ailleurs. »

Dernière mise-à-jour : 7 mai 2019

Quoi de neuf au RABQ?

Rapport annuel 2018-2019

Le RABQ est heureux de vous présenter les résultats de sa dernière année. Le rapport...
Suite »

Un nouveau membre

Le Réseau de l'action bénévole du Québec (RABQ) souhaite la bienvenue à son nouveau...
Suite »

Nouvelle campagne de communication

Nous sommes heureux de lancer officiellement notre campagne  Le bénévolat :...
Suite »

Le RABQ est invité au Sénat du Canada pour souligner l'impact du bénévolat

Le 8 avril 2019, à l'occasion de la Semaine de l'action bénévole, la directrice...
Suite »

Recueil de remerciements pour les bénévoles

Dans le cadre de la Journée internationale des bénévoles, le 5 décembre 2018, le RABQ...
Suite »

Semaine de l'action bénévole (SAB) 2019

Cette année, la SAB se déroulera du 7 au 13 avril, sous le thème « Et si on osait…...
Suite »