Marie-Philippe Vachon : Du bénévolat qui mène à la persévérance scolaire

Marie-Philippe Vachon

Crédit photo : Jean-François Gravel
Article : Patricia Gougeon (RABQ)

Cette année, le Prix Claude Masson remis dans la catégorie Jeune bénévole des prix Hommage bénévolat-Québec est remis à Marie-Philippe Vachon pour la région de l’Abitibi-Témiscamingue. La jeune femme de 25 ans est grandement impliquée auprès de la troupe À cœur ouvert depuis qu’elle est enfant. Le Réseau de l’action bénévole du Québec vous la présente donc aujourd’hui.

Marie-Philippe Vachon n’avait qu’une dizaine d’années lorsqu’elle s’est jointe à la troupe À cœur ouvert. C’était tout naturel puisque ses parents étaient déjà impliqués dans l’organisation, sa mère étant la directrice artistique. Elle a contribué à différents niveaux, comme comédienne, chanteuse, danseuse, aux communications, dans le comité social et depuis trois ans elle a aussi rejoint le conseil d’administration. « Quand je suis revenue dans la région après mon BAC, j’ai voulu m’impliquer d’avance, être au courant de ce qui se passait en coulisses. Mais j’avoue qu’être devant c’est vraiment plus l’fun. J’aime ça, mais pas au point de le faire comme métier, je pense que je n’aurais pas eu la persévérance de continuer comme artiste jusqu’à ce que je puisse réussir », confie-t-elle.

Pourtant, elle avoue que le bénévolat lui a permis de persévérer dans ses études, elle devait concilier ses études avec son bénévolat et ses loisirs. Mais contrairement à ses deux sœurs qui ont poursuivi dans le domaine des arts, elle a choisi de devenir kinésiologue. Par contre, son bénévolat lui permet d’exprimer sa créativité.

« Le bénévolat m’apporte plusieurs choses. Quand j’étais jeune, j’avais beaucoup d’activités le soir, donc j’ai dû concilier ça avec mes études. Cela m’a amené à être plus responsable. Avant les chorégraphies et les chansons n’entraient pas aussi facilement, je devais travailler plus, donc j’ai appris la persévérance et cela m’a donc aidé dans mes études. Moi je n’avais pas le temps de tomber dans les drogues, j’étais trop occupée à faire autre chose », ajoute Marie-Philippe.

En plus de la troupe À cœur ouvert, Marie-Philippe Vachon n’hésite pas à s’impliquer également dans des chorales, en improvisation ou à participer à des événements de sa municipalité. Même si parfois après une grosse journée de travail, elle manque d’énergie, une fois sur place, elle retrouve toute sa vigueur. « J’aime toucher à tout et voir ce qui se passe dans les organismes. Les postes décisionnels demandent de plus réfléchir, mais cela permet de faire avancer les choses », dit-elle.

Le bénévolat ayant toujours fait partie de sa vie, pas question de s’arrêter. De toute façon elle aime se tenir très occupée sinon elle s’ennuie, nous confie-t-elle.

Dernière mise-à-jour : 7 mai 2019

Quoi de neuf au RABQ?

Eux ils ont osé... et vous?

Dans le cadre de notre campagne de communication, nous vous présentons le témoignage...
Suite »

Et si on osait... partager nos expériences!

Le bénévolat est un excellent moyen de partager tout ce que nous avons appris durant...
Suite »

Nouveau cadre de référence du logo ABQ

Le nouveau cadre de référence du logo Action Bénévole Québec (ABQ) est disponible...
Suite »

Faire le bien fait du bien : 15 bonnes raisons de faire du bénévolat

Vous êtes ou serez bientôt à la retraite? Vous voulez être en bonne santé et profiter...
Suite »

Et si on osait... découvrir le bénévolat?

Vous êtes un(e) nouvel(le) arrivant(e) au Québec? Le bénévolat est une excellente...
Suite »

Partagez votre histoire inspirante avec nous

Vous avez été témoin d'un projet de bénévolat qui a amélioré votre communauté? Vous...
Suite »