Josée Brunelle : Une retraite de dévouement

Josée Brunelle

Crédit photo : Jean-François Gravel
Article : Patricia Gougeon (RABQ)

Bien que le bénévolat fait partie de sa vie depuis longtemps, Josée Brunelle a décidé de s’y consacrer davantage depuis sa retraite. Cette bénévole d’exception ne peut concevoir sa vie sans redonner de ce qu’elle a reçu. Pas étonnant donc qu’elle ait reçu le prix Hommage Bénévolat-Québec pour la région de Laval. Le RABQ vous la présente aujourd’hui.

Psychoéducatrice de formation, elle a passé la majeure partie de sa carrière au sein du Service correctionnel du Canada. Elle avait commencé à faire un peu de bénévolat avec la Fondation du Dr Julien, mais c’était difficile avec ses horaires. Lorsqu’elle a su qu’un centre de pédiatrie social allait ouvrir près de chez elle à Laval, elle a joint le conseil d’administration avant même que le centre voit officiellement le jour. Après trois ans au CA, elle a quitté pour consacrer son bénévolat auprès des enfants, mais toujours au Centre de pédiatrie sociale. « J’étais fatiguée de faire de la gestion, ce que je faisais dans mon travail. Je voulais voir des enfants. Après trois ans, je n’avais toujours pas vu d’enfants et je ne trouvais plus de sens à ce que je faisais. Quand j’ai pris ma retraite il y a trois ans, je me disais que je n’allais pas écouter la télévision toute la journée. J’ai donc aidé à développer des programmes et des outils, notamment le programme des Grands amis. L’avantage c’est que comme j’ai travaillé dans le milieu, je peux faire du bénévolat avec plus de tâches, mais toujours avec la supervision des coordonnateurs », mentionne Mme Brunelle.

Parmi les réalisations de Mme Brunelle, on note le programme des Grands amis, un peu comme les Grands frères et Grandes sœurs, mais au sein du Centre de pédiatrie sociale de Laval. La course en association avec les pompiers aussi. Un événement qui soulève bien des émotions chaque année. Le magasin de Noël où des jouets sont récoltés et où les parents viennent choisir les cadeaux qu’ils donneront eux-mêmes à leurs enfants à Noël. De plus, elle a aussi mis sur pied la « trousse du rhume ». Avec des partenaires, elle a conçu de petites trousses avec thermomètre, poire nasale et l’acétaminophène. Ces trousses sont distribuées par les médecins afin d’aider à prévenir la saison du rhume. Les réalisations de Mme Brunelle sont nombreuses et elle a de quoi être fière. « J’aime avoir un impact direct auprès des enfants, c’est merveilleux de les voir évoluer. Lors de la course, certains portent leur chandail et leur médaille pendant des jours après à l’école tellement ils sont fiers. C’est incroyable pour leur estime d’eux-mêmes. On a vu des jeunes totalement désorganisés qui vont beaucoup mieux. Quand on vient du milieu institutionnel, c’est rafraichissant de travailler dans le milieu communautaire. »

Non seulement elle les aime ses « petits cocos d’amour », comme elle les appelle, mais elle voit qu’elle contribue à leur développement. Elle avoue être aussi marquée par certains nouveaux arrivants. Toutes ces personnes se montrent très reconnaissantes. « Moi je suis privilégiée, mes enfants sont en santé, j’ai eu une belle carrière, je viens d’un milieu privilégié, alors je crois que dans ce cas, on se doit de redonner socialement. Je ne peux pas ne rien faire. Je dis aux gens qu’au pire ils peuvent faire un chèque, mais qu’ils doivent partager. Tout mon entourage est sollicité. Moi j’ai le temps et la santé, je ne me vois pas faire autre chose. » Le plus difficile pour elle, c’est lorsque cela l’atteint émotionnellement. Elle doit apprendre à se préserver. « C’est la « fatigue de compassion » qu’on appelle. Je n’ai plus 20 ans et j’ai un long et lourd passé professionnel, donc je suis plus vulnérable que lorsque j’étais plus jeune. Je dois faire attention pour que la souffrance des autres ne m’atteigne pas trop. Parfois, je dois me reposer. Je dois aussi équilibrer les choses avec ma famille. Je suis une jeune mamie maintenant. »

Pour Josée Brunelle, le bénévolat a apporté un sens à sa vie, surtout à sa retraite. C’est toujours un plaisir pour elle d’aller jouer au ballon avec les enfants, de participer au club de lecture et d’autres activités. « Quand j’arrive, ils sont tellement heureux de me voir. De voir leur sourire, de les voir progresser, on se rend compte que l’on peut avoir un impact sur le parcours d’un être humain. Peu de gens peuvent dire ça. Moi j’adore ça. De voir que les enfants ont du plaisir et qu’ils rigolent malgré de grandes souffrances parfois. Ça me fait du bien », conclu Mme Brunelle.

Dernière mise-à-jour : 7 mai 2019

Quoi de neuf au RABQ?

Eux ils ont osé... et vous?

Dans le cadre de notre campagne de communication, nous vous présentons le témoignage...
Suite »

Et si on osait... partager nos expériences!

Le bénévolat est un excellent moyen de partager tout ce que nous avons appris durant...
Suite »

Nouveau cadre de référence du logo ABQ

Le nouveau cadre de référence du logo Action Bénévole Québec (ABQ) est disponible...
Suite »

Faire le bien fait du bien : 15 bonnes raisons de faire du bénévolat

Vous êtes ou serez bientôt à la retraite? Vous voulez être en bonne santé et profiter...
Suite »

Et si on osait... découvrir le bénévolat?

Vous êtes un(e) nouvel(le) arrivant(e) au Québec? Le bénévolat est une excellente...
Suite »

Partagez votre histoire inspirante avec nous

Vous avez été témoin d'un projet de bénévolat qui a amélioré votre communauté? Vous...
Suite »