Réseau de l’action bénévole du Québec
présente
Des histoires inspirantes du bénévolat
18 décembre 2019

La bienveillance de Dominique Spénard

Texte : Patricia Gougeon/Réseau de l’action bénévole du Québec

Photos : Dominique Spénard

En cette période des Fêtes de fin d’année, les réceptions sont nombreuses. La majorité d’entre nous goûterons à l’abondance d’excellents buffets. Mais que faites-vous de toute la nourriture qui reste? Une bonne idée serait de contacter Dominique Spénard, une femme sympathique et dévouée qui pourra prendre en charge le reste de nourriture et aller le distribuer à des sans-abris qui en seront plus que ravis.

Le tout a d’abord commencé lorsque Dominique Spénard a demandé aux employés de l’entreprise où elle travaillait de lui apporter des manteaux qu’ils ne voulaient plus pour ensuite aller les offrir aux plus démunis. Elle avait aussi lu l’histoire d’une organisatrice d’événements de Los Angeles qui avait lancé une application et avait approché tous ses contacts afin de récolter la nourriture restante des nombreuses fêtes afin de les distribuer aux plus démunis. Cela a été une belle inspiration pour Dominique.

Elle-même organisatrice d’événements, elle constatait que malheureusement il pouvait avoir beaucoup de gaspillage de nourriture. « Une fois, il restait plein de croissants, je les ai mis dans un gros sac et je suis allée sur la rue Sainte-Catherine pour les remettre à des sans-abris. En peu de temps, j’ai vidé le sac. Je l’ai fait quelques fois ensuite. Avant on pouvait voir un sans-abri par coin de rue, maintenant ils sont beaucoup plus. »

Une reconnaissance pour ce que l’on a

En vieillissant, elle prend de plus en plus conscience que de contribuer à sa communauté fait une réelle différence dans la vie d’autrui mais également dans la sienne. « Chaque fois que je suis revenue d’une virée dans le centre-ville, je suis revenue le cœur gros de tout ce que j’avais reçu. Cela m’apporte de la gratitude pour ce que j’ai. Quand on revient, on arrive dans un appartement, même si c’est un trois et demi, on a du chauffage, un bain chaud, de la bouffe dans le frigo, on se rend compte de notre chance. Après si ça peut inspirer d’autres personnes à le faire, tant mieux. »

Donc, encore une fois cette année, elle a lancé l’appel dans son entourage pour récolter les restes de nourriture des fêtes. Éventuellement, elle aimerait beaucoup trouver un partenaire et maintenir un service de ramassage, un peu comme cette organisatrice de Los Angeles et offrir ce service à l’année. « Il y a beaucoup d’événements, les partys de bureau, les mariages. Pour moi cela n'a aucun sens de jeter de la nourriture en sachant que quelques étages plus bas, des gens n’en n’ont pas. »

S’impliquer pour son père

La première fois que Dominique Spénard a voulu s’impliquer auprès d’une cause c’était avec la Société canadienne de sclérose en plaques, maladie dont souffre malheureusement son père. « C’était la première fois que je parlais de la maladie de mon père, car on n’en parlait pas dans la famille. Une amie et moi, on a amassé 12 000$ chacune pour la recherche et on a gravi le Kilimandjaro. Avec des amies on avait fait un calendrier qu’on a vendu, ma collecte de fond c’était aussi pour allumer les gens sur le fait que mon père était malade et qu’il ne se plaignait jamais, mais que cela faisait partie de nos vies », mentionne Dominique. Cela lui a également fait prendre conscience qu’il était important de donner de son temps.

Dominique est de ces gens qui aiment penser aux autres. Il n’est pas rare non plus qu’elle s’arrête ne serait-ce que quelques instants simplement pour discuter avec un itinérant dans la rue. Question que cette personne puisse se sentir importante au moins quelques minutes dans sa journée. Un beau geste inspirant n’est-ce pas?

Vous pouvez contacter Dominique Spénard par courriel au : dominiquespenard@me.com

Nombre de vues262
Retour à la liste
PARTAGER
Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur LinkedInPartager par courriel
RETOUR AU SITE