Réseau de l’action bénévole du Québec
présente
Des histoires inspirantes du bénévolat
5 décembre 2019

Donner un peu de répit dans le bonheur

Texte : Patricia Gougeon/Réseau de l’action bénévole du Québec

Photos : Relevailles Québec

C’est bien connu, les jeunes mères en ont souvent plein les bras. Donner naissance est peut-être un merveilleux moment, mais c’est aussi un grand bouleversement dans le quotidien. De plus, cela ne se passe pas toujours aussi bien que la société veut le laisser entendre. Pour ces jeunes mères qui ont besoin de prendre soin d’elles, il existe quelques organismes, dont un à Québec, soit Relevailles Québec. Un endroit où elles sont appuyées et où elles peuvent prendre soin d’elles un moment grâce à des bénévoles dévouées.

La directrice générale de Relevailles Québec, Caroline Paquin, ne manque pas d’éloges envers les bénévoles. « On prend soin de nos bénévoles. On les invite au party de Noël avec les employés. On les remercie à notre AGA, lors de la Semaine de l’action bénévole, on veut les mettre de l’avant. C’est grâce à elles que l’on peut offrir tous nos services. En plus, elles font du bien aux mamans et elles-mêmes nous disent que cela leur fait du bien de câliner des bébés. Certaines adaptent même leur horaire de travail selon leur bénévolat », raconte Mme Paquin.

Une grande mission

Relevailles Québec offre une aide à domicile pour les nouvelles mamans, mais vraiment en support. L’aide-maman qui se rend sur place peut alors s’occuper du bébé et des autres enfants, s’il y a lieu, pendant que la mère prend du temps pour elle, que ce soit pour une sortie ou même une sieste. Pour les mères plus créatives, il y a l’art-détente où les bébés sont alors pris en charge par des bénévoles pendant que les mères créent. Ces dernières peuvent aussi se réunir au Café-Rencontre simplement pour discuter. Il existe également un cours de massage pour bébés. Puis, pour les mères qui souhaitent se remettre en forme, il existe des classes de yoga et spinning. Leurs bébés sont confiés à des bénévoles dans une salle avoisinante pendant qu’elles s’occupent d’elles-mêmes en toute quiétude. Relevailles offre aussi le groupe d’entraide Oasis pour celles qui souffrent d’anxiété ou de dépression post-partum. Comme dans les autres services, il n’y a pas de prise en charge, mais une aide, un support, une écoute sans jugement pour les mères en difficulté. « On met toujours un bel arc-en-ciel autour de la maternité, que c’est dont bien merveilleux, que le lien avec ton bébé devrait se faire automatiquement, mais ça ne se passe pas toujours comme ça. Certaines n’ont même pas le temps de prendre une douche, l’attachement ne se fait pas aussi facilement et ces mères ont un fort sentiment de culpabilité, car c’est tabou tout cela. Donc, ce groupe existe pour elles. »

Les bénévoles ne sont jamais seules avec un bébé et pour un groupe de huit bébés, il y a au moins cinq-six bénévoles. Donc, si un bébé pleure durant deux heures par exemple, une bénévole peut s’en occuper alors que les autres bénévoles s’occupent des autres bébés sans problème. Chaque bénévole est rencontrée individuellement par Caroline Paquin et elles sont choisies pour leur expérience, leur bagage de vie. Elles ne sont pas nécessairement mères elles-mêmes, mais la grande majorité le sont. Souvent, ce sont également des retraitées qui après un an veulent de nouveau se sentir utiles, plusieurs ont aussi travaillé dans les domaines hospitalier ou scolaire. Naturellement, on vérifie les antécédents judiciaires des bénévoles choisies.

Un bien-être réciproque

Si les bénévoles ressentent un bienfait fou de s’occuper des bébés c’est aussi de voir les mères épanouies qui les rendent heureuses. « Elles voient parfois les mères arrivées stressées, elles leur laissent leur bébé, mais après leur cours ou atelier, elles ressortent plus calmes plus joyeuses. On voit le bienfait immédiatement. »

Relevailles c’est aussi de belles histoires d’amitié. Que ce soit entre les bénévoles ou les mères qui fréquentent l’organisme, de beaux liens se tissent. Dans les locaux de l’organisme, même si parfois on peut entendre les bébés pleurer, on entend aussi les femmes rires. « Je les entends rire de mon bureau, elles s’amusent, elles ont vraiment du plaisir ensemble et ça me fait du bien aussi. Moi qui travaille dans le milieu de la périnatalité depuis quelques années, Relevailles était la suite logique de mon parcours. J’y suis depuis plus d’un an et c’est vraiment une merveilleuse mission où je m’y sens bien », conclu Mme Paquin.

Pour plus d’informations : https://www.relevaillesquebec.com

Nombre de vues456
Retour à la liste
PARTAGER
Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur LinkedInPartager par courriel
RETOUR AU SITE