Serena Lopes : Croire en l’être humain avant tout

Serena Lopes

Crédit photo : Jean-François Gravel
Article : Patricia Gougeon (RABQ)

À 23 ans, Serena Lopes a une maturité et une humanité hors du commun. Pas étonnant que sa candidature ait été retenue dans la catégorie Jeune bénévole pour le prix Claude-Masson des Prix Hommage Bénévolat-Québec pour la région de Montréal. Le Réseau de l’action bénévole du Québec (RABQ) a choisi de vous présenter cette jeune femme au parcours hors de l’ordinaire.

En lisant le résumé du parcours de bénévole de Serena Lopes, on est à la fois surpris et impressionné. Rares sont les gens qui décident d’aider des détenus. Elle en est bien consciente. Fille d’immigrants (sa mère étant Libanaise et son père d’origine portugaise), ses parents et son entourage ont eu des craintes lorsqu’elle leur a mentionné ce qu’elle voulait faire, mais cela ne l’a pas freiné et ce, même si elle n’avait que 18 ans lorsqu’elle a commencé. « Je sais qu’habituellement, les gens vont plus offrir leur aide du côté des victimes. Je ne banalise pas ce qu’ils ont fait, mais je crois profondément que ces gens ont aussi été des victimes dans leur vie. C’est vrai que je ne suis pas une victime, peut-être que si j’en étais une, je ne verrais pas les choses de cette façon. Mais je crois en la réhabilitation, je crois en la justice sociale, réparatrice », indique Serena.

Elle donne notamment de son temps au pénitencier de Laval pour accompagner les détenus à des rendez-vous comme les Alcooliques Anonyme ou leur travail communautaire. Elle est aussi du Cercle de soutient et de responsabilités du Québec pour accompagner les délinquants sexuels dangereux pour aider à leur réinsertion. De plus, elle est aussi bénévole chez Communitas, un organisme de justice réparatrice qui aide les ex-détenus dans leur processus de réinsertion sociale. « Je sais que ce n’est pas un environnement pour tout le monde. Certains ne sont pas capables, juste d’y penser, mais moi j’y suis à l’aise. Lorsque je les rencontre, je ne connais que leur prénom. Je ne connais pas leur crime, je l’apprends par la suite au fil des confidences. Peut-être que de le savoir avant j’aurais des réticences, mais en même temps je n’ai jamais eu peur. Je ne donne aucun détail sur ma vie personnelle. Moi tout ce que je vois c’est l’être humain en face de moi. Je vois juste une personne qui a vécu des choses. Je crois en l’humain. Il faut des gens qui puissent croire en eux, car il y en a qui réussissent leur réinsertion, mais les belles histoires sont moins médiatisées. »

Elle offre aussi de son temps au service de garde de la Chambre de la jeunesse à la Cour du Québec. Lorsque les parents sont devant le juge, elle garde les enfants. C’est une tâche importante puisque les gardiennes et gardiens doivent demeurer alerte au cas où les enfants diraient quelque chose qui doit être transmis au juge ou encore s’ils remarquent des marques de violence sur les enfants.

Son bénévolat lui a permis d’avoir un autre regard sur les gens marginalisés de notre société. Elle n’est pas « dégoûtée » par exemple par un itinérant, contrairement à d’autres personnes. Elle a aussi fait du bénévolat auprès de travailleuses du sexe, auprès de la communauté LGBT et même quelques mois à l’hôpital psychiatrique Douglas. « C’était intéressant, mais je n’avais pas le bagage pour aider des gens avec une maladie mentale, des troubles psychotiques ou autres. Ils sont souvent très imprévisibles. Je n'avais pas les outils pour les aider. C’était très difficile. C’était au-delà de mes connaissances. »

À travers toutes ces expériences hors du commun, elle apprend énormément et sait fort bien que si elle devient avocate comme elle le souhaite, cela pourra lui servir. Et devinez quoi ? Si elle devient avocate, non seulement elle va poursuivre son bénévolat, mais aussi dans sa pratique en faisant du pro bono. Pour elle, aider les autres, c’est dans sa nature.

Dernière mise-à-jour : 7 mai 2019

Quoi de neuf au RABQ?

Des forums régionaux pour vous

La supervision des bénévoles fait partie de votre quotidien?  Que vous...
Suite »

Message du premier ministre du Québec

En cette Journée internationale des bénévoles, voici un message du premier ministre...
Suite »

LANCEMENT - Nouvelle section

Nous vous invitons à consulter la nouvelle section du RABQ, portant sur des histoires...
Suite »

Le RABQ était présent à l'émission On va se le dire

La directrice générale du RABQ, Marilyne Fournier, était présente aujourd'hui à...
Suite »

Message du premier ministre du Canada

Le premier ministre du Canada salue le Réseau de l'action bénévole du Québec (RABQ)...
Suite »

Une carte postale pour remercier les bénévoles

Pour souligner la Journée internationale des bénévoles, le RABQ a développé un outil...
Suite »